Audit et contrôle internes : des métiers incontournables

L'IFACI (Institut Français de l'Audit et du Contrôle Internes), association spécialisée dans les métiers de l'audit et du contrôle internes et Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire et permanent dans les métiers de la finance et de comptabilité, ont réalisé une étude sur les métiers de l'audit et du contrôle. Des professions plus que jamais incontournables dans un contexte économique incertain.

La crise mondiale traversée par les établissements financiers a mis sous les feux des projecteurs l'audit et le contrôle internes. L'opinion publique a pleinement conscience que la montée en puissance de ces fonctions est plus que nécessaire pour lutter contre les dérives qui ont conduit à cet évènement sans précédent. L'étude réalisée par l'IFACI et Robert Half auprès de 751 professionnels de l'audit et du contrôle internes, permet d'en savoir plus sur ces métiers assez récents, puisque 87% des services de contrôle interne ont été créés depuis moins de 10 ans.

> Des métiers aussi exercés au sein des PME

L'activité d'audit interne et la fonction de contrôle interne ne sont pas l'apanage des grands groupes. Les valeurs extrêmes du chiffre d'affaires et du nombre de salariés démontrent une bonne représentativité quelle que soit la catégorie d'organisation : 14% des répondants exercent dans des entreprises ayant moins de 150 millions de chiffre d'affaires et 22% sont dans des organisations de moins de 1.000 salariés.

Au niveau du secteur d'activité, les secteurs financiers (41%) sont prédominants car ils sont précurseurs dans la création des fonctions de contrôle interne (contrôle permanent, conformité...). Les secteurs Industrie, Commerce et Services sont également bien représentés (40%).

> Formation initiale variée

L'étude indique que la formation initiale des auditeurs et contrôleurs internes est de niveau Bac+4 à Bac+5. Les cursus en grandes écoles de commerce concernent 42% des auditeurs internes et 29% des contrôleurs internes. Des ingénieurs sont recrutés pour le secteur industriel car leur capacité à interagir avec les opérationnels est particulièrement appréciée. Leurs compétences en statistique ou en informatique sont aussi appréciées dans les secteurs financiers.

Malgré ce haut niveau de formation initiale, les auditeurs internes n'hésitent pas à s'investir dans des diplômes professionnels. Ils y sont fortement encouragés par les normes professionnelles qui les obligent à démontrer leurs compétences en obtenant des qualifications professionnelles telles que le CIA (Certified Internal Auditor) ou le DPAI (Diplôme Professionnel d'Audit Interne) lancé récemment par l'IFACI. Autre aspect important pour ces profils : la mobilité. L'internationalisation des activités explique la forte proportion des déplacements à l'étranger surtout pour les auditeurs internes qui y consacrent parfois plus de 50% de leur temps de travail. Par ailleurs l'usage régulier de l'anglais est cité par 61% des directeurs d'audit interne.

D'après cette enquête, le panel des fonctions antérieures exercées dans des métiers opérationnels et dans des fonctions support (informatique, juridique, qualité...) montre aussi une volonté de trouver un équilibre dans la composition des services entre jeunes diplômés et profils plus expérimentés.

Et en plus de leurs missions "coeur de métier", les membres des services d'audit prennent également part à des activités managériales et transversales comme la formation, la sensibilisation des opérationnels aux principes de contrôle interne, la veille professionnelle ou le suivi du programme d'assurance qualité. Ces métiers stratégiques sont donc également très variés au quotidien.

> Rémunération attractive

Ces métiers, véritable tremplin pour la mobilité professionnelle ou internationale, sont également très attractifs pour les jeunes. 40% de l'échantillon perçoit une rémunération brute annuelle supérieure à 60.000 euros. Un niveau de salaire qui peut varier en fonction de la taille de l'entreprise, le secteur d'activité, l'ancienneté et la taille du service.

Mais le salaire n?est pas le seul intérêt de ces métiers, comme le précise Louis Vaurs, Délégué Général de l'IFACI : "Les responsables d'audit interne sont confrontés à un véritable challenge. Pour capter et fidéliser des hauts potentiels ils ne peuvent pas uniquement se fonder sur le levier de la rémunération. Le recrutement et la gestion de ces cadres exigent une vision claire de leur perspective d'évolution (au sein du métier ou dans d'autres fonctions de l'entreprise) et un programme de développement professionnel adapté à chaque profil."

le 12/02/2009

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 400 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies