Allianz FinanceConseil recrute des potentiels

Le réseau Allianz FinanceConseil, spécialisé dans la gestion de patrimoine, se développe sur tout le territoire français. Un métier plus ouvert qu'on ne pense, à condition d'avoir l'envie et le potentiel pour prospecter et fidéliser les clients. Cécile Deman-Enel, Responsable des Ressources Humaines, nous en dit plus sur les qualités requises et les évolutions possibles.

Combien de personnes travaillent pour Allianz FinanceConseil ?
Le réseau Allianz FinanceConseil compte 2500 conseillers financiers. Cette force de vente est composée de plusieurs niveaux de performance et de professionnalisme. Les conseillers financiers suivent une formation adaptée à leur profil, puis vont développer leur professionnalisme avec plusieurs niveaux de reconnaissance et l’accès à des formations diplômantes en gestion de patrimoine. 

Quels sont les produits que vos conseillers financiers sont amenés à commercialiser ?
Principalement des produits financiers et d’assurance-vie. Les conseillers vont commencer par travailler une gamme de produits assez large. Progressivement, les produits vont se complexifier pour couvrir l’ensemble de la gamme avec l’appui des Ingénieurs d’Affaires et de la Gestion Privée. 

Quelles sont les autres possibilités d’évolution ?
Au-delà de cette filière vente, nous avons aussi une filière animation avec des inspecteurs des ventes. Ces managers de premier niveau viennent à 99% de la filière vente. Ce sont les premiers débouchés en termes de management dès lors qu’on a le profil évolutif. Les conseillers peuvent aussi évoluer vers les métiers de l’ingénierie patrimoniale, le management, les fonctions supports et d’autres métiers chez Allianz France. C’est aussi la force d’un grand groupe qui comporte plusieurs canaux de distribution. 

Combien de personnes rejoignent le réseau chaque année ?
Nous recrutons 500 commerciaux par an sur le réseau Allianz FinanceConseil. D’ici la fin de l’année, notre objectif est d’effectuer 200 recrutements. Notre process de recrutement s’attache à mesurer à la fois le potentiel commercial, le dynamisme et les connaissances techniques acquises. Mais nous allons aussi évaluer la capacité à intégrer un réseau de vente directe et à faire de la prospection.
Nous travaillons aussi le réseau Allianz Prévoyance Santé, spécialisé dans l’assurance santé, complémentaire et dépendance, qui recrute 100 commerciaux chaque année.

Vous cherchez avant tout un potentiel ?
Oui, ce que nous essayons de détecter c’est une capacité à aller vers le client et à développer son/ses talent(s) dans notre réseau. Bien sûr, nous privilégions les professionnels qui ont déjà de l’expérience dans la banque assurance et/ou la vente directe, et nous restons aussi ouverts aux profils plus juniors ou atypiques. Nous savons enfin que certaines personnes pensent qu’elles ne peuvent pas travailler dans le domaine de la gestion de patrimoine ou dans un réseau de vente directe alors qu’elles en ont le potentiel et qu’elles pourraient aimer ce métier. Nous essayons donc de nous rendre plus visibles.

Le métier est assez ouvert ?
Si on a la fibre de la vente directe et le goût de la relation client, on peut très bien se développer chez nous. Grâce notamment à un programme d’intégration très solide adapté aux profils jeunes diplômés et déclinés pour les profils plus expérimentés. 

La formation en interne est donc importante à la fois pour suivre les évolutions législatives et progresser au niveau des techniques de prospection ?
Oui, nous avons un accompagnement continu avec toute une équipe qui forme et informe nos conseillers sur l’actualité financière mais aussi sur l’évolution de la conjoncture et des besoins des clients. Nous construisons en effet sur la durée une « customer value » qui se traduit dans les prestations, mais également à travers la qualité des conseils et des produits proposés. 

Est-ce que vous recrutez plus particulièrement dans certaines régions ? 
Nous nous développons sur tous les départements. Dans certaines régions, nous avons cependant plus de créations de postes compte-tenu du potentiel économique ou du portefeuille. C’est le cas sur la Côte d’Azur et dans les grands centres économiques (Lille, Paris, Lyon, Strasbourg…) et dans certaines zones plus rurales où nous peinons à attirer des profils dynamiques. Bref, tous les profils dynamiques et évolutifs nous intéressent !

Quelle est l’échelle d’un portefeuille client quand on débute ?
Quand un conseiller rentre chez nous, on lui confie une zone d’activités avec un portefeuille qui comprend a minima 100 clients pour démarrer son activité et un dispositif commercial pour développer rapidement son activité et ce premier portefeuille. 
L’avantage dans cette profession, c’est aussi la rémunération très intéressante en fonction de la performance…
Nous sommes sur un métier dont la part variable est en effet directement liée à l’activité et la production. Un conseiller qui est dans la stratégie, les process et qui organise bien son activité peut développer sa rémunération de manière conséquente. 

le 20/09/2011

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 500 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies